This week, I’d like to share with you a beautiful text that Giulia composed about the giant banyan tree that stands at the center of Auroville. She captures much more about its essence and meaning than I ever could. Unfortunately, it’s only in French (any volunteer translators would be most welcome!), but I know a lot of people who read the blog are capable of understanding the richness and wisdom of the text. If you have any feedback, you can reach Giulia directly at giulia_zaccagnini@hotmail.com. Enjoy!

 

 

Au centre de la communauté vit un arbre majestueux qu’on appelle le Banyan. Il semble contenir toute la sagesse du monde.

De son large tronc ancestral se déploient de lourdes et longues branches. Mais il pousse comme nul autre arbre n’ose pousser. Car de ses branches poussent de nouvelles racines qui s’étirent jusqu’au sol. Une fois qu’elles ont touché le sol et creusé la terre, ces nouvelles racines vont nourrir l’arbre et devenir fortes et solides comme des troncs.

Assise à ses pieds, je salue sa folle sagesse et laisse mes pensées voguer dans la poésie de son enseignement. Ses branches s’élancent dans le ciel, explorent l’espace, respirent le vent. Elles boivent la lumière du soleil puis semblent réunir toute la force qu’elles ont puisé dans le ciel pour replonger vers la terre, avec de nouvelles racines. A chaque expansion dans le ciel, un nouveau plongeon dans la terre. A chaque pas de plus vers le haut, un pas de plus vers le bas.

La puissance de la lumière comme un encouragement à creuser plus profond dans les obscurités de son être.

L’expansion dans le ciel comme une invitation à aller explorer les paysages mystérieux de ses origines.

Sa croissance l’incite à une perpétuelle renaissance

Ses racines poussent dans le ciel et le ciel les pousse vers la terre

C’est son paradoxe, sa puissance et sa beauté

Une poussée vers le bas

Croissance inversée

Les sommets de la conscience cachés dans les abîmes de la terre

Certaines de ses racines volantes sont encore toutes jeunes, fraîches et fines commes des brindilles

Brins de folie

Flottent dans le vent

Intrépides

Sautent dans le vide

Percent l’air dans la verticalité de leur chute

Elles n’ont pas encore atteint le sol

En plein vol

Entre deux mondes et pourtant déjà arrivées à chaque instant

Elles me touchent et m’encouragent par leur joyeuse légèreté dans leur chute vertigineuse vers le centre de la terre

A quoi sert de voyager dans les subtilités spacieuses de l’esprit, dans les couleurs chatoyantes des sentiments si l’on n’enracine pas aussi notre expérience dans la terre de notre corps, dans le coeur de  notre vie?

Laisser la conscience s’écouler de branche en branche et redescendre dans les racines pour infuser la matière de lumière.

Maturité intégrée

Combien de fois ai-je rêvé en plein jour que le chemin deviendrait de plus en plus facile? Combien de fois ai-je espéré que les souffrances s’allègeraient à chaque pas, que mes faiblesses se perdraient en chemin? Or plus la lumière entre dans ma vie, plus elle éclaire de vastes étendues d’obscurité. Le processus semble infini. Mais maître Banyan nous rappelle par l’audace de sa poussée qu’il n’y a pas lieu de se décourager : ses nouvelles racines qui traversent le ciel et replongent dans le noir deviennent aussi de nouveaux troncs capables de mieux le soutenir. Ainsi plus le chemin progresse plus il devient difficile à certains moments mais aussi plus nous recevons le soutien et la force nécessaires pour faire face aux nouvelles épreuves et devenir des êtres pleinement humains.